Catégories
Récits d'enquête Résultats d'enquête

Rencontre avec la CPE du collège (Saint-Ouen)

Le point de vue du chercheur

« Il y a ce qu’on veut faire et puis il y a ce qui se passe dans la vraie vie »

CPE, collège JFB, 15 décembre 2021

Le 15 décembre après-midi, la classe se divisait en plusieurs groupes: certains partaient dans un lycée général et technologique, d’autres dans un lycée professionnel pour y rencontrer des élèves et mener des entretiens avec eux. Les 6 élèves de 4B restants au collège pouvaient soit faire des recherches sur l’ONISEP, soit réaliser des entretiens avec l’une des CPE du collège et quelques élèves de 3e. Pavly et Nasma furent volontaires pour mener les entretiens tandis que le reste du groupe partit en salle informatique avec Mme X.

J’ai accompagné Pavly et Nasma au bureau de la CPE. Nous l’avions prévenu que nous passerions la voir dans l’après-midi. Elle se rendit tout de suite disponible pour répondre aux questions que nous avions préparées. Pavly et Nasma s’installèrent sur les deux chaises disposées devant le bureau. Je pris la chaise qui se trouvait à côté de la porte pour la placer juste derrière les deux élèves. Je mis en route l’enregistreur, l’entretien pouvait commencer.

Nous cherchions à savoir quel avait été son parcours universitaire (les études qu’elle avait mené), quel était son rôle dans l’établissement et quels étaient ses partenaires ? L’objectif consistait à en savoir un petit peu plus sur le métier de la CPE, à repérer les différents professionnels intervenant au cours de l’orientation d’un.e élève et de connaitre les dispositifs ou ressources internes disponibles en matière d’orientation.

L’entretien dura 15 minutes environ. Nasma posa toutes les questions que nous avions préparées ensemble. Pavly n’a pas souhaité prendre la parole. Il écoutait tranquillement la tête baissée. L’entretien nous appris que la CPE travaille avec la PsyEN, le service jeunesse de la mairie qui organise des ateliers de soutien scolaire et le département qui organise des salons d’informations.

Au début, j’avais décidé de laisser faire les élèves comme nous nous y étions engagé au début du projet. Mais au fur et à mesure de l’entretien, j’ai mesuré combien il était difficile pour des élèves d’enquêter auprès des professionnels de leur établissement et que la position de la CPE ne devait pas être très confortable non plus. Ce n’est en effet pas leur rôle que de dévoiler aux élèves les principes de fonctionnement de l’École et, de surcroit, de leur établissement. J’ai donc changé de posture et j’ai relancé la CPE concernant des formules un petit peu vagues comme celle rappelant « le principe de réalité ».

« Si on se rend compte qu’un élève émet des voeux d’orientation qui vont être compliqués aux vus du principe de réalité, on essaye d’amorcer un travail de réflexion sur un autre projet et notamment la découverte de la voie professionnelle avec la PsyEN« 

CPE, collège à Saint-Ouen, le 15 décembre 2020

Ça me semblait très important car juste avant, la CPE a répondu à Nasma que l’objectif des politiques d’orientation consistait à faire en sorte que les élèves puissent choisir leur orientation et non la subir. Le principe de réalité pour la CPE correspond à ce que le bulletin scolaire permet ou ne permet pas de faire.

« Si vous voulez aller en seconde générale mais que vous n’avez pas toutes les compétences et que vous ne vous êtes pas donnés les moyens de le faire, le conseil de classe émettra un niveau défavorable ou mitigé. Notre travail c’est de faire en sorte que chaque élève puisse aller là où il a envie mais aussi selon ce qu’il est possible de faire avec son bulletin et ça c’est pas toujours évident… « 

CPE, collège de Saint-Ouen, 15 décembre 2020

Au fond il semblerait que pour certains élèves dont les résultats ne sont pas à la hauteur de leurs espérances scolaires et professionnelles, le recours à la PsyEN soit indispensable pour faire prendre conscience à l’élève de ses faibles chances de réussite, pour élaborer un nouveau projet plus adapté à ses compétences. On retrouve ici la délégation du « sale boulot » au PsyEN auquel on demande de susciter le consentement de l’élève et de sa famille à la réorientation de son projet scolaire et professionnel… ce qui n’est pas évident non plus.

Quand la CPE rappelait ce qu’était le principe de réalité, les élèves regardaient leurs chaussures. Au moment où elle leur a demandé « vous avez compris?  » je me suis rendu compte d’une seconde difficulté pour eux : être en position d’enquêteur tout en essayant de comprendre les règles du jeu de l’orientation qui les concernent directement. Nasma me demandera ensuite en classe : « Si on n’a pas de bons résultats on ne peut pas aller en lycée général c’est ça? »

La compréhension des règles du jeu n’est pas facilitée par la contradiction entre un discours rappelant de « faire des choix pour l’avenir selon des appétences/envies » et la réalité de la sélection sur la base de résultats scolaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.