Catégories
Récits d'enquête

Enquêter sur l’orientation avec les collégiens du Blanc-Mesnil

« L’orientation c’est faire un choix d’études mais bon nous on ne peut pas faire ce qu’on veut car on est dans une filière spéciale… »

Propos tenus une élève de 4e du Blanc-Mesnil

« Le soir, je rêve souvent que je reviens en arrière, que je travaille bien, j’ai des bonnes notes et que j’évite la SEGPA. »

Propos tenus par Jefferson, élève de 4e du Blanc-Mesnil

1ère séance, le 9 février entre 10h30 et 12h30: construire une problématique

Je suis un petit peu en avance ce matin. C’est rare. Je retrouve Bachir, le prof principal de la classe, à 10h15 devant la salle des 4e1 après l’avoir averti que j’étais dans les locaux. Il m’accompagne jusqu’à la salle des profs. J’attends 10h30, l’heure de la récréation, pour le rejoindre. Nous allons chercher les élèves sous le préau et regagnons ensemble la salle de classe. Elle est vaste et très lumineuse.

Les tables sont individuelles et séparées d’un mètre afin de respecter les consignes sanitaires. Une fois les élèves installés, Bachir introduit la séance et le projet. Je me présente rapidement et détaille le programme de la journée. Nous réfléchissons ensemble à ce que c’est qu’une enquête et la sociologie. Au sujet de l’enquête, les élèves évoquent le travail des détectives, des policiers qui collectent des preuves et des indices. La sociologie les inspire moins. En décomposant le mot – socio et logie – ils énumèrent la société, le social. Je distribue aux élèves une feuille sur laquelle figurent le récapitulatif des échanges et des définitions. J’invite ensuite les élèves à se réunir en petit groupe pour réfléchir à ce que signifie l’orientation.

Au cours des échanges, les élèves abordent le fait de réfléchir à son avenir, à ce qu’ils veulent faire, les choix d’études et de métiers, etc. Dans un des groupes, deux élèves déclarent sur un ton fataliste qu’ils ne pourront pas faire ce qu’ils veulent car ils sont dans une filière spéciale, la filière SEGPA. L’une d’eux souhaite être médecin mais « on » lui a dit qu’elle ne pourrait pas. Elle semble ailleurs.

Je leur remets ensuite trois documents à analyser. L’idée c’est qu’on parvienne ensemble à construire une question de recherche à partir de ces données.

Un extrait de la note d’information n°02-Janvier 2017 de la DEPP- Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance. Ministère de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cet extrait indique que « 37% des élèves de SEGPA ont obtenu un diplôme professionnel huit ans après leur entrée de sixième » et détaille les choix d’orientation après la 3e SEGPA.

Bac professionnel ou agricole en 3 ans (par voie scolaire ou apprentissage)1,7 
CAP ou CAP agricole (CAPA) en 2 ans 

première année par la voie scolaire 
première année par la voie de l’apprentissage
73,2 
58,6
14,6
Autres formations professionnelles (CIPPA, DIMA, SIO…)4,3
Autres situations1,2
Sorties19,6
Lecture : parmi les 23 873 élèves ayant atteint la classe de troisième, qu’ils l’aient atteinte aux rentrées 2009, 2010, 2011 ou autres, 73,2 % (17 465) se sont inscrits en première année de CAP.

Je leur communique un dernier document qui associe niveau de diplôme et taux de chômage.

Ces informations brutes objectivent les difficultés que rencontrent certains élèves de SEGPA à poursuivre leurs études et à s’insérer professionnellement. J’avais conscience de la « violence symbolique » de ces données mais ce que je cherchais à élaborer avec eux c’était un questionnement qui les concerne directement. Ces données pointent les contradictions d’une filière au sein de laquelle sont scolarisés des élèves en difficultés scolaires et/ou sociales et qui peine à leur offrir des conditions favorables à la poursuite d’études et à une insertion professionnelle réussie. La question à laquelle nous sommes arrivés après avoir analysé ensemble les données est la suivante: « Comment se fait-il que huit ans après leur entrée en 6e SEGPA, seuls 37% des élèves obtiennent un diplôme professionnel ?  » À la prochaine séance, les élèves évoqueront les différentes causes qui pourraient expliquer ce faible chiffre.

2e séance, le 9 mars 2021. 10h30-12h30 : Les hypothèses

Un mois après la première séance et, qui plus est, après les vacances d’hiver, ce n’était pas gagné que les élèves se souviennent du projet ni de notre problématique. S’ils n’avaient pas le souvenir de sa formulation précise, ils se rappelaient bien de notre objet et de nos discussions. Nous avons passé une demi-heure à reprendre les données qui nous ont permis de poser cette question si difficile a fortiori lorsque les enquêteurs sont directement concernés:

comment se fait-il que si peu d’élèves d’élèves issus de SEGPA obtiennent un diplôme (CAP ou bac pro) quatre ans après leur sortie du collège?

L’enjeu de la séance consistait à ce que les élèves définissent des hypothèses. Nous avions construit notre problématique sur la base données objectives. Il nous fallait désormais énoncer quelques hypothèses censées expliquer le phénomène. Les élèves avaient beaucoup d’idées:

C’est parce qu’ils manquent de courage

C’est parce qu’ils manquent de volonté

C’est parce qu’ils sont fainéants

C’est parce qu’ils ont des problèmes dans leurs familles

C’est parce qu’ils ne sont pas bons à l’école

J’étais frappé de constater que les élèves de 4e relient le phénomène de l’échec scolaire des élèves sortis de SEGPA à des causes exclusivement individuelles. Et je leur en ai fait part.

« Selon vous, leur dis-je, l’échec scolaire ne serait le résultat que d’un manque ? Il ne pourrait pas être lié à d’autres choses? »

Silence….J’insiste à nouveau en leur disant d’oublier qu’ils ont en face d’eux des enseignants et surtout leur prof principal. Et puis Sarah, qui est juste devant moi, au premier rang, dit

« Y’a les profs aussi, ils nous découragent ».

Et Jefferson qui enchaine:

« Bah oui, ils nous disent, ça tu ne peux pas faire ou ça ne va pas du tout ».

À travers leur commentaire, leur appréciation et leur accompagnement, les enseignants – mais pas seulement- peuvent en effet canaliser les choix d’orientation. L’accompagnement des acteurs éducatifs au sein de l’établissement constitue donc au fil des échanges une deuxième direction pour élaborer des hypothèses. Les élèves s’interrogent :

Est-ce qu’on est informé sur l’après collège? comment? et par qui?

Pour répondre à ces questions, je propose aux élèves de faire des entretiens avec leurs camarades de 3e1 pour la prochaine séance ce qui provoque de l’agitation. Nous préparerons ensemble les grilles d’entretien. Florise, qui est chargée de projets de l’association F93, nous fournir des enregistreurs pour garder une trace de ces échanges.

Catégories
Récits d'enquête Résultats d'enquête

Rencontre avec la CPE du collège (Saint-Ouen)

Le point de vue du chercheur

« Il y a ce qu’on veut faire et puis il y a ce qui se passe dans la vraie vie »

CPE, collège JFB, 15 décembre 2021

Le 15 décembre après-midi, la classe se divisait en plusieurs groupes: certains partaient dans un lycée général et technologique, d’autres dans un lycée professionnel pour y rencontrer des élèves et mener des entretiens avec eux. Les 6 élèves de 4B restants au collège pouvaient soit faire des recherches sur l’ONISEP, soit réaliser des entretiens avec l’une des CPE du collège et quelques élèves de 3e. Pavly et Nasma furent volontaires pour mener les entretiens tandis que le reste du groupe partit en salle informatique avec Mme X.

J’ai accompagné Pavly et Nasma au bureau de la CPE. Nous l’avions prévenu que nous passerions la voir dans l’après-midi. Elle se rendit tout de suite disponible pour répondre aux questions que nous avions préparées. Pavly et Nasma s’installèrent sur les deux chaises disposées devant le bureau. Je pris la chaise qui se trouvait à côté de la porte pour la placer juste derrière les deux élèves. Je mis en route l’enregistreur, l’entretien pouvait commencer.

Nous cherchions à savoir quel avait été son parcours universitaire (les études qu’elle avait mené), quel était son rôle dans l’établissement et quels étaient ses partenaires ? L’objectif consistait à en savoir un petit peu plus sur le métier de la CPE, à repérer les différents professionnels intervenant au cours de l’orientation d’un.e élève et de connaitre les dispositifs ou ressources internes disponibles en matière d’orientation.

L’entretien dura 15 minutes environ. Nasma posa toutes les questions que nous avions préparées ensemble. Pavly n’a pas souhaité prendre la parole. Il écoutait tranquillement la tête baissée. L’entretien nous appris que la CPE travaille avec la PsyEN, le service jeunesse de la mairie qui organise des ateliers de soutien scolaire et le département qui organise des salons d’informations.

Au début, j’avais décidé de laisser faire les élèves comme nous nous y étions engagé au début du projet. Mais au fur et à mesure de l’entretien, j’ai mesuré combien il était difficile pour des élèves d’enquêter auprès des professionnels de leur établissement et que la position de la CPE ne devait pas être très confortable non plus. Ce n’est en effet pas leur rôle que de dévoiler aux élèves les principes de fonctionnement de l’École et, de surcroit, de leur établissement. J’ai donc changé de posture et j’ai relancé la CPE concernant des formules un petit peu vagues comme celle rappelant « le principe de réalité ».

« Si on se rend compte qu’un élève émet des voeux d’orientation qui vont être compliqués aux vus du principe de réalité, on essaye d’amorcer un travail de réflexion sur un autre projet et notamment la découverte de la voie professionnelle avec la PsyEN« 

CPE, collège à Saint-Ouen, le 15 décembre 2020

Ça me semblait très important car juste avant, la CPE a répondu à Nasma que l’objectif des politiques d’orientation consistait à faire en sorte que les élèves puissent choisir leur orientation et non la subir. Le principe de réalité pour la CPE correspond à ce que le bulletin scolaire permet ou ne permet pas de faire.

« Si vous voulez aller en seconde générale mais que vous n’avez pas toutes les compétences et que vous ne vous êtes pas donnés les moyens de le faire, le conseil de classe émettra un niveau défavorable ou mitigé. Notre travail c’est de faire en sorte que chaque élève puisse aller là où il a envie mais aussi selon ce qu’il est possible de faire avec son bulletin et ça c’est pas toujours évident… « 

CPE, collège de Saint-Ouen, 15 décembre 2020

Au fond il semblerait que pour certains élèves dont les résultats ne sont pas à la hauteur de leurs espérances scolaires et professionnelles, le recours à la PsyEN soit indispensable pour faire prendre conscience à l’élève de ses faibles chances de réussite, pour élaborer un nouveau projet plus adapté à ses compétences. On retrouve ici la délégation du « sale boulot » au PsyEN auquel on demande de susciter le consentement de l’élève et de sa famille à la réorientation de son projet scolaire et professionnel… ce qui n’est pas évident non plus.

Quand la CPE rappelait ce qu’était le principe de réalité, les élèves regardaient leurs chaussures. Au moment où elle leur a demandé « vous avez compris?  » je me suis rendu compte d’une seconde difficulté pour eux : être en position d’enquêteur tout en essayant de comprendre les règles du jeu de l’orientation qui les concernent directement. Nasma me demandera ensuite en classe : « Si on n’a pas de bons résultats on ne peut pas aller en lycée général c’est ça? »

La compréhension des règles du jeu n’est pas facilitée par la contradiction entre un discours rappelant de « faire des choix pour l’avenir selon des appétences/envies » et la réalité de la sélection sur la base de résultats scolaires.

Catégories
Récits d'enquête

Enquêter sur l’orientation avec les élèves de Saint-Ouen

« Le chercheur : L’orientation, ça vous fait pensez à quoi? à qui? »

« Un élève: L’orientation sexuelle? L’orientation politique »?

Échange en classe le 24 novembre 2020

Le 24 novembre 2020, première heure: 14-15h

Il est 14h, la sonnerie sonne la fin de la pause méridienne. Quelques minutes plus tard les élèves entrent en classe calmement et s’installent où ils veulent. Ils avaient été prévenus qu’il y aurait des invités, « un monsieur et deux étudiantes ». D’après Marie, à l’évocation des deux étudiantes, les élèves garçons étaient très intéressés.

Les deux enseignants présents rappellent aux élèves de s’installer, d’enlever leur manteau et nous introduisent, chercheur et étudiante. 

Je me présente rapidement en me plaçant devant eux et disant que je suis chercheur en sociologie de l’éducation, mais que je suis aussi enseignant et que j’ai en face de moi des étudiants. Je leur précise que je suis là pour les accompagner dans la réalisation d’un projet d’enquête sociologique sur l’orientation. Les résultats de leur recherche seront publiés sur un site web qu’ils vont construire avec l’aide des enseignants. Je cède ensuite la parole et la place à Elsa et Laura qui se présentent à leur tour : étudiante en Master 1 en sciences de l’éducation et de la formation à l’université de Paris-Est Créteil.

Marie est derrière l’ordinateur, prend des notes et structure la discussion qui va suivre avec la classe. Elle projette ses notes au tableau grâce au vidéo-projecteur. Elle prend ensuite la parole pour annoncer ce qui va suivre : élaboration collective d’une carte mentale grâce aux échanges collectifs. Marie et moi-même annonçons aux élèves que l’on va travailler successivement en groupe classe et en petits groupes sur ce que c’est que la sociologie, sur ce que c’est que l’orientation et puis pour terminer, sur ce que c’est qu’une enquête. Le programme et le projet suscitent un petit peu d’agitation. Les élèves s’interrogent sur ce qu’ils vont faire, sur ce que font là les deux étudiantes, sur ce que c’est qu’être chercheur en sociologie. 

La discussion s’engage autour de la définition de la sociologie. C’est quoi la sociologie ? à quoi ça leur fait penser ? Ils évoquent quelqu’un de social/quelqu’un de sociable… et ils en déduisent qu’on va les aider à le devenir (social.e/ sociaux)! La réflexion porte sur le suffixe logie pour science… Ils évoquent d’autres sciences comme l’astrologie, l’archéologie. Ils en concluent que la sociologie c’est l’étude du social, l’étude de la société. Je complète leur réflexion en disant que la sociologie c’est une science qui étudie des invariants c’est-à-dire des choses régulières voire systématiques dans la société et qui cherche à comprendre et expliquer comment ça se fait que ça se passe comme ça. On va donc chercher à savoir comment ça se passe l’orientation dans leur collège…. Pas de réaction particulière.

Deuxième heure : 15 à 16h

Une autre partie de la carte mentale est à construire, celle dédiée à l’orientation. Les élèves sont répartis en petits groupes de 3-4 élèves afin qu’ils puissent échanger leurs idées. Chacun des adultes accompagne un groupe pour leur demander ce que cela leur évoque et qui est concerné. Dans mon cas, il a fallu les remuer un petit peu en leur demandant de sortir une feuille, de prendre un stylo et de noter les différentes idées énoncées au cours de la discussion. 

Certains des élèves parlent d’orientation politique, d’orientation sexuelle et d’orientation scolaire et professionnelle…  Le lien que nous avons établi entre eux et le thème de la recherche ne va pas de soi. Je me rends compte qu’on aurait aussi bien pu leur parler d’orientation sexuelle ou politique. Ce décalage des attentes illustre alors à mon sens la distance qui me (nous) sépare des préoccupations des « jeunes » de 4e. Ce décalage renvoie également selon moi à la place relativement marginale de la question de l’orientation en 4e que ce soit pour les élèves ou pour les membres de l’équipe pédagogique. Ce sera justement à vérifier en interrogeant le chef d’établissement et les enseignants ou en rencontrant d’autres élèves.

Au cours de la discussion en classe entière, l’orientation des élèves est définie comme étant le choix d’un métier, le choix d’une filière d’enseignement. Les enseignants, le CPE et le conseiller d’orientation sont identifiés après discussions et relances comme des professionnels susceptibles d’intervenir d’une certaine façon dans le choix. Il reste à savoir comment précisément.

Enfin, la dernière partie de la séance concerne l’enquête : qu’est ce que c’est, comment la mener? On aborde en groupe classe, les différents outils du sociologue, carnet, stylo, enregistreur, appareil photos… et les méthodes d’enquête, entretiens, questionnaires et observation. La séance se termine un petit peu rapidement. On manque de temps. On demande aux élèves de faire un entretien avec la personne de leur choix sur l’orientation : qu’est-ce que c’est pour elle ? Quel est son parcours ? On leur demande d’envoyer ce qu’ils ont réalisé sur l’adresse gmail qu’on a créé pour l’enquête.