Catégories
Résultats d'enquête

Rencontre avec un chef d’établissement

L’enquête sur l’orientation supposait que l’on rencontre le chef d’établissement du collège pour l’interroger sur sa conception de l’orientation et sur la politique mise en oeuvre en la matière à l’échelle du collège. Il avait été convenu que le chef d’établissement soit interrogé par une enseignante et le chercheur. Pour de multiples raisons, l’entretien n’a été effectué que par le chercheur. Vous pouvez lire une partie de la retranscription de l’échange ci-dessous et prendre connaissance de la conception que le chef d’établissement a développé au fil du temps de l’orientation scolaire.

On attend d’eux ( NDLR: des élèves) qu’ils se transforment en spécialiste de l’orientation alors qu’il y a aussi des contenus disciplinaires à assimiler. Ça prend quand même beaucoup beaucoup de place ces procédures d’orientation et de mon point de vue, c’est au détriment de la satisfaction d’être là

Le chef d’établissement d’un collège à Saint-Ouen, Entretien le 23 mars 2021 de 11h à 12h

Enquêteur: En tant que proviseur-adjoint et principal, avez-vous identifié des évolutions concernant la gestion de l’orientation ces dix dernières années?

Chef d’établissement : On gère beaucoup l’orientation à la fin de la classe de 2nd. En fait, avec les années, je peux dire que je suis devenu beaucoup plus performant. Au début je commençais. La première année, un certain nombre d’élèves ont fait appel sur leurs vœux d’orientation, donc a priori le travail aurait pu être meilleur. Les années suivantes, c’est une situation qui ne s’est jamais re-présentée. Les décisions que nous prenions étaient généralement bien acceptées par les familles.

Enquêteur: Ça témoigne d’un bon travail ? 

Chef d’établissement: Ça témoigne du fait qu’un accord entre la famille et l’établissement a été trouvé et que, suite à cet accord, il y a une orientation vers la filière qui fait consensus. Pour le jeune c’est mieux qu’il soit d’accord avec le choix plutôt qu’il le vive comme une punition, c’est absolument évident. La commission d’appel est rarement le signe d’une réussite. C’est bien de chercher des solutions, d’explorer vraiment toutes les solutions possibles, plutôt que la commission d’appel qui est assez traumatisante pour les familles, pour les collègues et qui au bout du compte, se traduit pas une frustration de la part des élèves. (…)

Enquêteur: Quelles sont les conditions pour parvenir à cet accord? 

Chef d’établissement : Si je devais parler d’une évolution : aujourd’hui il y a une exigence d’une réflexion très en amont sur l’orientation. C’est-à-dire qu’en 4e il faut déjà commencer à réfléchir au projet lycée. 

Lorsque j’étais au lycée j’ai constaté que dès la seconde, ils n’ont pas de répit sur l’orientation (…). Nous attendons des élèves que très tôt ils anticipent, connaissent les voies d’orientation, aient un projet élaboré – d’ailleurs y’ a des moyens mis en place dans l’EDT pour ça, justement parcours avenir en collège. Mais c’est vrai que c’est quelque chose… On attend d’eux qu’ils se transforment en spécialiste de l’orientation alors qu’il y a aussi des contenus disciplinaires à assimiler. Ça prend quand même beaucoup beaucoup de place, ces procédures d’orientation et, de mon point de vue, c’est au détriment de la satisfaction d’être là… puisqu’on attend d’eux qu’ils soient en construction d’un projet pour après. 

Donc quand ils sont en 4e , c’est vraiment important qu’ils réfléchissent à ce qu’ils ont envie de faire après la classe de 3e parce que s’ils sont intéressés par la voie professionnelle, il faut qu’ils soient à l’écoute des informations. S’ils sont intéressées par la 2nde GT, à l’écoute des exigences des bases méthodologiques à avoir en tête. Et je le porte, ce discours d’accompagnement à l’orientation. C’est toujours en arrière-plan. À mon avis ça peut être anxiogène pour les élèves et pour leurs familles. En fait, au bout du compte, on va se mettre d’accord avec les familles, mais le travail préalable va beaucoup demander à travailler sur l’insatisfaction en quelque sorte. 

Enquêteur: De quelles attentes politiques ces évolutions témoignent-elles selon vous? À réduire les inégalités?

Chef d’établissement: (précise qu’il est tenu à la neutralité en tant que représentation de l’État).

Je ne suis pas absolument sûr que l’organisation actuelle réponde à l’attente politique de réduction des inégalités. L’organisation en place est orientée vers les classes préparatoires, les grandes écoles, l’enseignement supérieur élitiste. On fait les cordées de la réussite, pour que des enfants puissent aller à Henri IV, donc le système, de ce point de vue, n’a pas beaucoup changé et il est orienté vers la compétition.

Enquêteur: Quel est le rôle de l’institution en matière d’accompagnement à l’orientation?

Chef d’établissement : Le système tel qu’il fonctionne à l’heure actuelle semble toujours être un système de reproduction : le parcours de réussite est la classe préparatoire et la poursuite d’études en grandes écoles. 

Enquêteur: Donc l’accompagnement à l’orientation c’est de voir si on peut correspondre à ce modèle et sinon de trouver une solution de repli? L’accompagnement à l’orientation c’est faire prendre conscience aux élèves des principes de réalité?

Chef d’établissement : C’est d’accompagner ce processus, difficile et qui peut être cruel, c’est aussi de réfléchir à comment on le transforme en accompagnement à l’émergence et au soutien des ressources & des forces de chaque élève, à la découverte de ses ressources, à les mettre en valeur dans des filières parfois peu valorisées. À mon niveau c’est de faire en sorte que le système, qui peut être très dur, le soit le moins possible, ou, en tout cas,  soit le moins ressenti comme tel et de dire, qu’en dépit du fait qu’on est tous polarisé par les classes préparatoires, ça vaut la peine de se dégager du système de compétition.

Catégories
Résultats d'enquête Uncategorized

Rencontre avec une Psychologue de l’éducation nationale du Blanc-Mesnil

Le 30 mars 2021, les élèves de 4e1 ont rencontré une PsyEN du CIO du Blanc-Mesnil et lui ont posé une série de questions. Celles-ci ont été préparées sur deux séances. Voici la retranscription de l’entretien.

Quelles sont vos missions au collège ?

Je suis rattachée au CIO (Centre d’information et d’orientation). J’interviens dans des établissements de secteur ( 2 ou 3 établissements en moyenne). J’effectue une permanence au collège les lundi et le vendredi. Je reçois des élèves sur demande de l’enseignant, du professeur principal, du CPE ou à la demande des élèves et de leurs familles mais aussi par rapport à des difficultés scolaires ou bien relativement à des conflits entre des élèves.

Mes missions consistent à prévenir le décrochage, à vous accompagner dans votre projet d’orientation mais aussi à vous écouter si vous avez une angoisse. Notre rôle est de vous accompagner dans la construction de votre parcours. Nous – les psychologues de l’éducation nationale – ne sommes pas un répertoire des métiers ni des formations. L’ idée c’est de vous accompagner dans votre projet et d’être acteur de votre projet et aussi d’essayer de vous amener à réfléchir. Le but de l’entretien individuel c’est de vous amener à vous poser des questions.

J’interviens aussi pour des séances d’informations, au cours desquelles on voit les attendus de certaines formations, on aborde les poursuites d’études possibles après la 3e.

En classe de 4e, j’interviens en fin d’année pour réaliser des séances d’information pour vous inviter à réfléchir, à ne pas laisser votre orientation à la dernière minute l’année prochaine. L’objectif c’est de vous informer de ce qui existe, des conditions à remplir pour telle ou telle filière. 

Après on fait aussi des réunions de concertation avec les professeurs principaux, la direction, l’assistance sociale pour essayer de trouver une solution pour un élève qui a une situation problématique (difficultés scolaires, sociales, personnelles). Le tout c’est de réussir son parcours et de s’épanouir dans sa scolarité. On travaille aussi avec des élèves en décrochage scolaire

Pourquoi faire de la psychologie pour l’orientation des élèves ?

Le corps des conseillers d’orientation a connu un changement de nom en 2017. Ils s’appellent désormais Psychologue de l’éducation nationale.

Pour répondre à votre question je dirais que votre projet est inséparable de la psychologie car il y a un lien entre ce qu’on veut faire et envie de faire, avec la connaissance de soi, votre personnalité, vos traits de caractère, votre psychologie. Il y a un lien entre votre personnalité et votre projet. Le psychologue va vous amener à vous connaitre, pour vous aider à faire ce que vous voulez faire. Est-ce que votre projet correspond à votre personnalité ? à votre caractère ? Je vous donne un exemple : Vous êtes très nerveux mais vous souhaitez travailler avec les enfants. On va se demander si c’est votre projet est bien adapté. 

Le rôle du psychologue est de vous apprendre à mieux vous connaitre afin de vous aider à construire votre projet.

Quel est votre parcours scolaire et universitaire ? 

J’ai passé un Bac Littérature, qui n’existe plus, et puis j’ai fait 5 ans d’études à l’université. 3 ans de licence psychologie généraliste puis une spécialisation dans le master 1 et master 2 pour être psychologue. Au cours de ces études j’ai effectué un stage professionnel dans des structures avec des psychologues pour apprendre le métier.  Avant d’être psychologue de l’éducation nationale, j’ai travaillé dans des maisons de retraite auprès de personnes âgées. Il existe plusieurs spécialités : psychologie clinique, psychologie de l’enfant et de l’adolescent, psychologie cognitive… 

Pour devenir psychologue, il vous faut un bac + 5 ans d’études en psychologie et obtenir des stages. On peut faire n’importe quel bac, bac pro, bac scientifique, le tout c’est d’avoir un bon niveau pour poursuivre les études à l’université.

Depuis quand existe la procédure PassPro ?

Généralement c’est pour les 3e, pour un élève qui souhaite faire une formation spécifique. On recommande de faire la procédure passpro pour que l’élève puisse avoir toutes les informations concernant une filière choisie : programme, débouché, possibilité de poursuivre les études. Il s’agit de favoriser une orientation choisie et d’éviter les réorientations en cous de formation liées à des déceptions sur le contenu de la formation. 

Nous avons rencontré des élèves de 3e qui ne connaissent pas Passpro. Comment l’expliquer ?

Avant certaines filières bénéficiaient de passpro. C’est une procédure qui ne concerne pas tous les élèves . Il peut y avoir un repérage de la part du professeur principal et/ou du Psychologue de l’éducation nationale. La PsyeN fait un tableau avec tous les élèves, et repérer tous les élèves concernés par la procédure pass Pro. Le professeur principal les inscrit sur la plateforme et les élèves reçoivent leur convocation. Avant la réforme de 2019, la procédure donnait droit à une bonification.

Pourquoi certaines formations sont concernées par la procédure et d’autres non ?

C’est lié à l’attractivité des formations, ou aux degrés de tensions liées à certaines filières.

Voir par exemple le taux de pression académique des CAP en 2 ans dans l’académie de Créteil en 2019:

Pourquoi on ne peut pas continuer nos études en lycée général ?

Vous êtes prioritaires pour les formations professionnelles. Concernant la voie générale ça renvoie à des circulaires, je ne peux pas vous dire exactement pourquoi. 

C’est quelque chose qui est décidée au niveau de l’institution. Une circulaire c’est un texte officiel qui édicte une règle. Après ça n’empêche pas de faire un CAP ou un bac pro et de demander une filière générale en postbac. 

Pouvez vous nous donner des conseils pour notre orientation ?

Alors, le conseil c’est de commencer à penser, car la 3e arrive très vite, réfléchir sur ce que vous voulez faire après la 3e : quel métier, quelle filière ? Pour cela il faut vous INFORMER. Sans information difficile de savoir. Il faut prendre rendez-vous avec moi, utilisez des ressources. Je peux vous accompagner dans cette démarche d’acces à des ressources. Il s’agit d’être curieux, d’essayer de se connaitre, d’être acteur de son parcours. Ne pas rester à attendre, que les autres travaillent à votre place, je pense que vous êtes acteur de votre parcoursCHERCHER l’information, demander à votre entourage, à vos enseignants, à votre professeur principal, ce qu’ils pensent de vous, des filières… Ne pas s’y prendre à la dernière minute. 

Y’a til des outils/ressources que vous pourriez proposer aux élèves ?

Alors il y a l’ONISEP, ORIANE, ce sont deux sites intéressants pour les élèves. On pourrait faire une séance d’information sur les recherches sur ces sites. 

Moi au CIO j’utilise Guide Pour l’Orientation (GPO) : c’est un logiciel payant qui permet de travailler sur la connaissance de soi, questionnaire d’intérêt qui donne de la matière pour travailler avec les élèves. GPO est « un logiciel de sensibilisation à l’orientation. Il est destiné à des élèves de collège, dans le cadre d’un accès autonome au logiciel ».

C’est quoi le CIO ?

C’est le Centre d’Information et d’Orientation où je suis affectée et où je fais de permanence. On reçoit tous les publics : on travaille sur l’orientation, les choix d’une filière, d’un métier…. Vous y trouverez beaucoup de brochures et de documentation. C’est un lieu pour s’informer et discuter avec les PSyEN. Il n’est pas très loin d’ici, à côté du Forum au 50 avenue de la division Leclerc

Pourquoi certains élèves ne font que 2 ou 3 vœux alors qu’il y a la possibilité d’en faire 10 ?

Je pense que c’est d’abord une question de travail sur son projet d’orientation et d’accès à l’information. Si on veut faire une CAP Accompagnement Petite enfance, on peut trouver plusieurs établissements qui proposent la même formation. C’est aussi que certains n’ont qu’un projet. Pour faire plus de vœux, il faut faire plusieurs projets. Ce que je conseille aux élèves, c’est d’éviter d’avoir un seul projet, il en faut plusieurs. Plus on va travailler son projet et à faire plusieurs, un plan A, B et C, eh bien on va pouvoir faire plusieurs vœux.

Selon vous, ce n’est pas limité à l’offre de formation ?

Si c’est aussi lié à l’offre de formation, au manque d’ouverture de cette offre. Après ils ont accès au bac pro et il y a plus d’offres. Mais ça c’est le conseil de classe… c’est pour ça que je vous invite à travailler à fond pour aller en bac Pro. Prendre au sérieux votre 3e pour pouvoir accéder au bac professionnel où vous aurez plus de choix et plus de vœux à faire. 

Catégories
Résultats d'enquête

Apprendre à s’orienter au collège

« Le parcours Avenir permet aux élèves de la sixième à la terminale de construire progressivement, tout au long de leurs études secondaires, une véritable compétence à s’orienter. « 

https://www.education.gouv.fr/le-parcours-avenir-7598

En complément des entretiens menés auprès des 3e et des lycéens, nous avons communiqué un questionnaire au lycée Blanqui pour obtenir des informations sur la socialisation des élèves à l’orientation au cours de leur scolarité au collège. 44 lycéens interrogés étaient scolarisés dans l’établissement où nous menons l’enquête. 34 d’entre eux ont répondu qu’ils avaient assisté à des séances d’orientation au collège. Nous avons cherché à savoir comment ces séances se répartissaient de la 6e à la 3e. Les réponses au questionnaire montrent que les séances d’orientation sont plus fréquentes ou occasionnelles en classe de 3e qu’en 4e, 5e ou 6e.

As-tu eu des séances d’orientation au collège?NonOui
Collège où se déroule l’enquête (à Saint-Ouen)103444
En classe de 6e ces séances étaient 
Fréquentes (1 ou 2 fois par semaine)1
Jamais30
Occasionnelles (1 ou 2 fois par mois)1
Rares (1 ou 2 fois dans l’année6
(Vide)8
En classe de 5e ces séances étaient
Fréquentes (1 ou 2 fois par semaine)2
Jamais31
Occasionnelles (1 ou 2 fois par mois)2
Rares (1 ou 2 fois dans l’année)4
(vide)6
En classe de 4e ces séances étaient
Fréquentes (1 ou 2 fois par semaine)2
Jamais21
Occasionnelles (1 ou 2 fois par mois2
Rares (1 ou 2 fois dans l’année)12
(vide)7
En classe de 3e ces séances étaient
Fréquentes (1 ou 2 fois par semaine)13
Jamais7
Occasionnelles (1 ou 2 fois par mois)11
Rares (1 ou 2 fois dans l’année)10
(vide)3
Lecture: Parmi les 44 lycéens, 13 déclarent que les séances d’orientation au collège étaient fréquentes en classe de 3e, tandis que 10 estiment qu’elles étaient rares.

Catégories
Résultats d'enquête

L’orientation selon les élèves du lycée professionnel Blanqui

L’une des dimensions du projet de recherche consiste à enquêter auprès des élèves du collège mais aussi des lycées de secteur et de collecter leurs expériences en matière d’orientation scolaire. Le 15 décembre 2020 après-midi une partie des élèves de la classe de 4e B du collège localisé à Saint-Ouen est partie à la rencontre d’élèves de Terminale inscrits dans la filière MSEC (Maintenance des systèmes énergétiques et climatiques). Durant la demi-heure qu’ils ont passé dans l’établissement, ils ont interrogé une douzaine d’élèves de cette filière sur leur parcours scolaire, le choix de la filière et ce qu’ils veulent faire plus tard.

Beaucoup des élèves rencontrés disent ne pas avoir choisi leur orientation.

« On n’a pas trop le choix en fait. Si on m’avait laissé le choix, j’aurais fait un bac S »

Élève de TMSEC, le 15 décembre 2020

Ils disent souvent qu’ils sont arrivés dans ce lycée après avoir beaucoup séché les cours mais aussi car ils n’avaient pas de bons résultats au collège. Beaucoup cherchaient à faire des formations professionnelles en électricité mais il n’y avait plus de places. Après avoir été conseillé par leur professeur principal ou le conseiller d’orientation (aujourd’hui Psychologue de l’éducation nationale), ils ont rejoint la filière MSEC. Au début, ils n’aimaient pas le lycée et la filière. Les élèves de Terminale disent qu’après trois ans au lycée, ils ont fini par aimer.

Les élèves de 4B leur ont demandé s’ils avaient des conseils à leur donner pour leur propre orientation. Les propos tenus par les lycéens consistaient à inviter les collégiens à réfléchir le plus tôt possible, à anticiper, à faire des projets. Ils ont également rappelé aux collégiens qu’il fallait bien travailler pour avoir le choix.

« Tout est dans les notes! Tu peux choisir. C’est comme si c’était la liberté »

Groupe d’élèves du lycée professionnel, le 15 décembre 2020

Catégories
Résultats d'enquête

Les définitions de l’orientation

Au cours de l’enquête, les élèves ont identifié les multiples dimensions de l’orientation: c’est un choix d’études et de filières, un choix de vie ; l’orientation c’est aussi une affectation qui repose sur les notes et les compétences ; c’est aussi un ensemble de procédures (conseils de classe, formulaires, applications web ).

Définir l’orientation c’est très compliqué. Pourquoi? D’abord parce qu’on peut dire plein de choses qui touchent à l’orientation : c’est un choix de filières, d’études, de métier… Il y a beaucoup de choses qui en font partie et plusieurs personnes. Il y a les prof’, le professeur principal, le CPE, le proviseur, le conseiller d’orientation et nous les élèves. Du coup, l’orientation c’est quelque chose de personnel mais c’est aussi des décisions que prennent des adultes.

Aaron et Florin, 4B, le 23 mars 2021

L’orientation : un choix d’études et de métier guidé par les notes

À la question d’Hajar et Yanis « C’est quoi pour vous l’orientation? » un enseignant d’Histoire-Géographie répond:

« Bonne question. L’orientation c’est… l’avenir des élèves, c’est un choix déterminant pour leur métier. C’est aussi chercher à connaître les différentes possibilités qui s’offrent à vous selon vos capacités ».

Extrait d’entretien réalisé le 8 décembre 2020 par Hajar et Yanis avec un enseignant d’H/G du collège à Saint-Ouen, en salle des professeurs.

L’orientation c’est aussi une démarche de la part de l’élève: chercher, connaître, choisir. Cette démarche ou progression est guidée selon ce que l’on a envie de faire mais aussi selon ses capacités évaluées par les résultats scolaires.

« L’orientation est basée sur les notes et sur les compétences – même si on peut réussir sans l’école, c’est rare mais on peut – vous, comme vous y êtes, je vous conseille de travailler à fond pour obtenir le choix que vous souhaitez. »

Extrait d’entretien réalisé le 8 décembre 2020 par Hajar et Yanis avec un prof d’H/G du collège à Saint-Ouen, en salle des profs.

L’orientation comme procédures

Au cours de leur recherche, les élèves de 4e de Saint-Ouen et du Blanc-Mesnil ont identifié que des procédures et des dispositifs particuliers encadraient les choix d’orientation des élèves. Au cours d’une recherche sur la page « Comment m’orienter » sur le site Oriane.info, les élèves de Saint-Ouen ont identifié plusieurs étapes du processus d’orientation en classe de 3e :

  • le temps de la réflexion sur la base d’un bilan scolaire (entre octobre et janvier).
  • la formulation de demandes provisoires d’orientation qui sont soumises au conseil de classe du second trimestre qui émet un avis favorable ou défavorable (entre janvier et mars).
  • les choix d’orientation et demandes d’affectation qui donnent lieu soit à une inscription dans un établissement soit à la reprise d’un dialogue entre l’élève, sa famille et l’établissement (avril-juin).

La fiche de dialogue vierge disponible sur le site du Service Académique d’Orientation et d’Information illustre bien les différents moments de la procédure d’orientation et le dialogue entre l’élève et sa famille, et les membres de la communauté pédagogique.

Du côté du Blanc-Mesnil, l’enquête auprès des élèves de 3e et de la psychologue de l’éducation nationale a permis de prendre connaissance de la procédure Pass(eport) Pro(fessionnel), d’actualiser le nombre de voeux possibles par élèves et de prendre connaissance de la procédure à suivre pour les élèves issus de 3e SEGPA désirant poursuivre leurs études en « seconde professionnelle ».

Au cours des entretiens menés auprès des 3e1, les élèves de 4e apprennent que leurs camarades n’effectuent que 2 ou 3 choix d’orientation. Ça les étonne car ils savent que sur Affelnet (l’application sur laquelle on renseigne ses choix/voeux) il y a la possibilité de faire 10 voeux dans la même académie, et jusqu’à 5 voeux en dehors de l’académie! La Psychologue de l’éducation nationale (PsyEN) que nous avons rencontré le 30 mars suppose que ce faible nombre de choix s’explique par une offre de formations limitée pour les élèves de SEGPA. Néanmoins, les élèves de 3e1 expliquent que c’est aussi ce « qu’on leur dit ». Or, selon la PsyEN il vaut mieux faire le plus de choix possible, même si c’est pour la même filière, dans la mesure où si les élèves de SEGPA sont prioritaires pour les orientations en CAP, certaines filières sont saturées ce qui entraîne une sélection. Selon la PsyEN, « le risque de ne faire que 2 ou 3 choix après la 3e c’est d’être affecté dans un établissement et dans une filière que l’on a pas choisi ».

Catégories
Récits d'enquête Résultats d'enquête

Rencontre avec la CPE du collège (Saint-Ouen)

Le point de vue du chercheur

« Il y a ce qu’on veut faire et puis il y a ce qui se passe dans la vraie vie »

CPE, collège JFB, 15 décembre 2021

Le 15 décembre après-midi, la classe se divisait en plusieurs groupes: certains partaient dans un lycée général et technologique, d’autres dans un lycée professionnel pour y rencontrer des élèves et mener des entretiens avec eux. Les 6 élèves de 4B restants au collège pouvaient soit faire des recherches sur l’ONISEP, soit réaliser des entretiens avec l’une des CPE du collège et quelques élèves de 3e. Pavly et Nasma furent volontaires pour mener les entretiens tandis que le reste du groupe partit en salle informatique avec Mme X.

J’ai accompagné Pavly et Nasma au bureau de la CPE. Nous l’avions prévenu que nous passerions la voir dans l’après-midi. Elle se rendit tout de suite disponible pour répondre aux questions que nous avions préparées. Pavly et Nasma s’installèrent sur les deux chaises disposées devant le bureau. Je pris la chaise qui se trouvait à côté de la porte pour la placer juste derrière les deux élèves. Je mis en route l’enregistreur, l’entretien pouvait commencer.

Nous cherchions à savoir quel avait été son parcours universitaire (les études qu’elle avait mené), quel était son rôle dans l’établissement et quels étaient ses partenaires ? L’objectif consistait à en savoir un petit peu plus sur le métier de la CPE, à repérer les différents professionnels intervenant au cours de l’orientation d’un.e élève et de connaitre les dispositifs ou ressources internes disponibles en matière d’orientation.

L’entretien dura 15 minutes environ. Nasma posa toutes les questions que nous avions préparées ensemble. Pavly n’a pas souhaité prendre la parole. Il écoutait tranquillement la tête baissée. L’entretien nous appris que la CPE travaille avec la PsyEN, le service jeunesse de la mairie qui organise des ateliers de soutien scolaire et le département qui organise des salons d’informations.

Au début, j’avais décidé de laisser faire les élèves comme nous nous y étions engagé au début du projet. Mais au fur et à mesure de l’entretien, j’ai mesuré combien il était difficile pour des élèves d’enquêter auprès des professionnels de leur établissement et que la position de la CPE ne devait pas être très confortable non plus. Ce n’est en effet pas leur rôle que de dévoiler aux élèves les principes de fonctionnement de l’École et, de surcroit, de leur établissement. J’ai donc changé de posture et j’ai relancé la CPE concernant des formules un petit peu vagues comme celle rappelant « le principe de réalité ».

« Si on se rend compte qu’un élève émet des voeux d’orientation qui vont être compliqués aux vus du principe de réalité, on essaye d’amorcer un travail de réflexion sur un autre projet et notamment la découverte de la voie professionnelle avec la PsyEN« 

CPE, collège à Saint-Ouen, le 15 décembre 2020

Ça me semblait très important car juste avant, la CPE a répondu à Nasma que l’objectif des politiques d’orientation consistait à faire en sorte que les élèves puissent choisir leur orientation et non la subir. Le principe de réalité pour la CPE correspond à ce que le bulletin scolaire permet ou ne permet pas de faire.

« Si vous voulez aller en seconde générale mais que vous n’avez pas toutes les compétences et que vous ne vous êtes pas donnés les moyens de le faire, le conseil de classe émettra un niveau défavorable ou mitigé. Notre travail c’est de faire en sorte que chaque élève puisse aller là où il a envie mais aussi selon ce qu’il est possible de faire avec son bulletin et ça c’est pas toujours évident… « 

CPE, collège de Saint-Ouen, 15 décembre 2020

Au fond il semblerait que pour certains élèves dont les résultats ne sont pas à la hauteur de leurs espérances scolaires et professionnelles, le recours à la PsyEN soit indispensable pour faire prendre conscience à l’élève de ses faibles chances de réussite, pour élaborer un nouveau projet plus adapté à ses compétences. On retrouve ici la délégation du « sale boulot » au PsyEN auquel on demande de susciter le consentement de l’élève et de sa famille à la réorientation de son projet scolaire et professionnel… ce qui n’est pas évident non plus.

Quand la CPE rappelait ce qu’était le principe de réalité, les élèves regardaient leurs chaussures. Au moment où elle leur a demandé « vous avez compris?  » je me suis rendu compte d’une seconde difficulté pour eux : être en position d’enquêteur tout en essayant de comprendre les règles du jeu de l’orientation qui les concernent directement. Nasma me demandera ensuite en classe : « Si on n’a pas de bons résultats on ne peut pas aller en lycée général c’est ça? »

La compréhension des règles du jeu n’est pas facilitée par la contradiction entre un discours rappelant de « faire des choix pour l’avenir selon des appétences/envies » et la réalité de la sélection sur la base de résultats scolaires.