Catégories
Résultats d'enquête

Rencontre avec un chef d’établissement

L’enquête sur l’orientation supposait que l’on rencontre le chef d’établissement du collège pour l’interroger sur sa conception de l’orientation et sur la politique mise en oeuvre en la matière à l’échelle du collège. Il avait été convenu que le chef d’établissement soit interrogé par une enseignante et le chercheur. Pour de multiples raisons, l’entretien n’a été effectué que par le chercheur. Vous pouvez lire une partie de la retranscription de l’échange ci-dessous et prendre connaissance de la conception que le chef d’établissement a développé au fil du temps de l’orientation scolaire.

On attend d’eux ( NDLR: des élèves) qu’ils se transforment en spécialiste de l’orientation alors qu’il y a aussi des contenus disciplinaires à assimiler. Ça prend quand même beaucoup beaucoup de place ces procédures d’orientation et de mon point de vue, c’est au détriment de la satisfaction d’être là

Le chef d’établissement d’un collège à Saint-Ouen, Entretien le 23 mars 2021 de 11h à 12h

Enquêteur: En tant que proviseur-adjoint et principal, avez-vous identifié des évolutions concernant la gestion de l’orientation ces dix dernières années?

Chef d’établissement : On gère beaucoup l’orientation à la fin de la classe de 2nd. En fait, avec les années, je peux dire que je suis devenu beaucoup plus performant. Au début je commençais. La première année, un certain nombre d’élèves ont fait appel sur leurs vœux d’orientation, donc a priori le travail aurait pu être meilleur. Les années suivantes, c’est une situation qui ne s’est jamais re-présentée. Les décisions que nous prenions étaient généralement bien acceptées par les familles.

Enquêteur: Ça témoigne d’un bon travail ? 

Chef d’établissement: Ça témoigne du fait qu’un accord entre la famille et l’établissement a été trouvé et que, suite à cet accord, il y a une orientation vers la filière qui fait consensus. Pour le jeune c’est mieux qu’il soit d’accord avec le choix plutôt qu’il le vive comme une punition, c’est absolument évident. La commission d’appel est rarement le signe d’une réussite. C’est bien de chercher des solutions, d’explorer vraiment toutes les solutions possibles, plutôt que la commission d’appel qui est assez traumatisante pour les familles, pour les collègues et qui au bout du compte, se traduit pas une frustration de la part des élèves. (…)

Enquêteur: Quelles sont les conditions pour parvenir à cet accord? 

Chef d’établissement : Si je devais parler d’une évolution : aujourd’hui il y a une exigence d’une réflexion très en amont sur l’orientation. C’est-à-dire qu’en 4e il faut déjà commencer à réfléchir au projet lycée. 

Lorsque j’étais au lycée j’ai constaté que dès la seconde, ils n’ont pas de répit sur l’orientation (…). Nous attendons des élèves que très tôt ils anticipent, connaissent les voies d’orientation, aient un projet élaboré – d’ailleurs y’ a des moyens mis en place dans l’EDT pour ça, justement parcours avenir en collège. Mais c’est vrai que c’est quelque chose… On attend d’eux qu’ils se transforment en spécialiste de l’orientation alors qu’il y a aussi des contenus disciplinaires à assimiler. Ça prend quand même beaucoup beaucoup de place, ces procédures d’orientation et, de mon point de vue, c’est au détriment de la satisfaction d’être là… puisqu’on attend d’eux qu’ils soient en construction d’un projet pour après. 

Donc quand ils sont en 4e , c’est vraiment important qu’ils réfléchissent à ce qu’ils ont envie de faire après la classe de 3e parce que s’ils sont intéressés par la voie professionnelle, il faut qu’ils soient à l’écoute des informations. S’ils sont intéressées par la 2nde GT, à l’écoute des exigences des bases méthodologiques à avoir en tête. Et je le porte, ce discours d’accompagnement à l’orientation. C’est toujours en arrière-plan. À mon avis ça peut être anxiogène pour les élèves et pour leurs familles. En fait, au bout du compte, on va se mettre d’accord avec les familles, mais le travail préalable va beaucoup demander à travailler sur l’insatisfaction en quelque sorte. 

Enquêteur: De quelles attentes politiques ces évolutions témoignent-elles selon vous? À réduire les inégalités?

Chef d’établissement: (précise qu’il est tenu à la neutralité en tant que représentation de l’État).

Je ne suis pas absolument sûr que l’organisation actuelle réponde à l’attente politique de réduction des inégalités. L’organisation en place est orientée vers les classes préparatoires, les grandes écoles, l’enseignement supérieur élitiste. On fait les cordées de la réussite, pour que des enfants puissent aller à Henri IV, donc le système, de ce point de vue, n’a pas beaucoup changé et il est orienté vers la compétition.

Enquêteur: Quel est le rôle de l’institution en matière d’accompagnement à l’orientation?

Chef d’établissement : Le système tel qu’il fonctionne à l’heure actuelle semble toujours être un système de reproduction : le parcours de réussite est la classe préparatoire et la poursuite d’études en grandes écoles. 

Enquêteur: Donc l’accompagnement à l’orientation c’est de voir si on peut correspondre à ce modèle et sinon de trouver une solution de repli? L’accompagnement à l’orientation c’est faire prendre conscience aux élèves des principes de réalité?

Chef d’établissement : C’est d’accompagner ce processus, difficile et qui peut être cruel, c’est aussi de réfléchir à comment on le transforme en accompagnement à l’émergence et au soutien des ressources & des forces de chaque élève, à la découverte de ses ressources, à les mettre en valeur dans des filières parfois peu valorisées. À mon niveau c’est de faire en sorte que le système, qui peut être très dur, le soit le moins possible, ou, en tout cas,  soit le moins ressenti comme tel et de dire, qu’en dépit du fait qu’on est tous polarisé par les classes préparatoires, ça vaut la peine de se dégager du système de compétition.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.